Combien consomme un poêle à pétrole ?

Dernière mise à jour: 01.04.20

 

Les réchauds intérieurs sont en vogue actuellement, on retrouve notamment des appareils innovants à l’exemple du nouveau poêle qui utilise du pétrole. Tout aussi chaleureux que les autres engins de même usage, il promet d’être encore plus intéressant sur le plan utilisation que sur celui de la dépense énergétique en général.   

    

Consommation moyenne  

Une fois allumé, le poêle qui emploie du pétrole présente une portée de 70 m2. La dépense énergétique de l’appareil est la suivante : pour un litre de carburant, il tient au chaud pendant tout au moins 5 heures. Donc en une journée, il consomme 5 litres pour une utilisation non-stop. La contenance maximale du réservoir détermine l’autonomie. Elle varie d’un modèle à un autre. Dans l’ensemble, elle est comprise entre 4 à 9 litres. Comparés aux équipements électriques, ces appareils s’avèrent plus rentables. Pour tout l’hiver, il faut une certaine quantité de carburant, avoisinant les 465 litres, soit l’équivalent de 3 barils de 159 litres chacun. Si le baril coûte 45 euros, alors la consommation hivernale serait de 135 euros pour un poêle utilisant du pétrole.

 

Le cours du baril

Déterminé par l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole), le prix du carburant, dont le pétrole, affecte énormément la vie de tout un pays.

Comme le poêle qui en utilise est un engin fonctionnant avec de l’énergie fossile, le moindre changement du coût du carburant déteint directement sur les usagers. Cela dit, l’utilisation de l’appareil est assez risquée surtout pour ceux qui en dépendent pleinement en tant que chauffage principal. À savoir, que dans les années 2011, 2012, 2013 le court avait dépassé la barre des 100 euros. Si tel est le cas en ce moment, à vous d’imaginer la suite. Tout le monde se penchera sur les réchauds électriques. Heureusement que, le prix actuel du baril reste en dessous de 63 euros. Ce qui fait de cet engin une solution économique de second rang après les modèles à pellet.     

 

 

Modèles et consommation

Pour améliorer la rentabilité, le choix du modèle importe grandement. Eh oui, la différence entre une version dite électronique et luminaire reste considérable. Les deux engins sont chaleureux l’un par rapport à l’autre, sauf que, le premier est plus pointu et plus économique que le second. L’un fonctionne avec un brûleur à injection contre un flux laminaire pour l’autre. Vous avez ici une liste des meilleures offres.

Des fois, équipé de détecteur de CO2 et d’O2, un poêle qui utilise du pétrole de type électronique se voit moins gourmand qu’une référence à mèche. La raison en est qu’il peut se régler en puissance de manière à améliorer son autonomie. Avec cinq niveaux de chaleur en option pour les spécimens les plus performants, vous pouvez gagner plus de deux heures de fonctionnement supplémentaires. Donc la dépense journalière passe de 5 litres à 3,5 litres seulement. Et en un mois, la dépense pétrolière passe de 155 litres à 110 litres environ. En hiver, le tarif va de 135 euros à 95 euros.              

 

Précautions

Pour limiter les accidents liés à l’usage du poêle qui use du pétrole, il ne faut en aucun cas effectuer ces deux pratiques dangereuses. Primo, certaines personnes pensent que le fait de mélanger le pétrole à d’autres types de liquides permet de diminuer leurs dépenses en carburant. C’est bien essayé, mais, tout à fait insensé. Ce genre d’idée ne fonctionne pas avec le poêle qui se sert du pétrole en combustible. 

Secundo, du carburant entièrement pur, mais encastré durant 12 mois ne devrait plus être utilisé. Dans, le premier cas le risque d’explosion est tout à fait possible et dans le second cas, le réservoir peut se faire étouffer complètement. Dernièrement, il faut en tout temps isoler le bidon de pétrole de l’appareil pour éviter qu’il prenne feu et incendie par la suite toute la maison. Donc, si le pire venait à frapper, n’éteignez surtout pas les flammes avec de l’eau, munissez-vous plutôt d’un extincteur à poudre qui pourrait limiter les dégâts.

 

Dépenses en tant qu’appareil d’appoint

Quand le réseau électrique ne fonctionne pas, le poêle qui use du pétrole prend le relais. Ou bien quand les baguettes de pellet sont à sec, cet équipement se voit comme une bonne alternative. Si tel est le rôle attribué à votre matériel, évidemment, votre dépense en carburant se retrouve alors minime. En effet, votre consommation mensuelle serait de quelques litres seulement. Mais à part la coupure du courant et le manque de granulés, l’odeur du pétrole peut tout à fait être la raison qui fait de cet engin un outil secondaire. 

Bon nombre de foyers qui n’ont pas assez d’espace ni d’aération optent souvent pour ce genre d’alternative. Puisque, le dioxyde de carbone et le monoxyde de carbone émis dans un si petit périmètre se fait sentir et met mal à l’aise. Pourtant, cela n’affecte en aucun cas la chaleur agréable dégagée par le produit. Comme solution, une bonne ventilation est nécessaire pour favoriser le renouvellement dans l’air. Si possible, l’option carburant de meilleure qualité est aussi envisageable, il s’agit d’un liquide expressément créé pour le poêle qui emploie du pétrole. Hélas, son prix est 50 % plus cher que celui du pétrole brut.   

 

 

Moins d’efforts à fournir

Même si le poêle qui se sert du pétrole présente quelques inconvénients, l’effort à fournir est moindre avec ce genre d’article. Pour un prix d’achat compris entre 100 à 500 euros, il pèse environ 10 kilogrammes en moyenne. Cela dit, au moment où son réservoir est plein, son poids total est comparable à celui d’un seau de 15 litres entièrement rempli d’eau. Bref, vous arriverez à le transporter facilement avec la seule force des bras. 

À part son poids plume, cet engin est dépourvu de tuyauterie et de dispositifs encombrants. En conséquence, il a l’avantage de la mobilité par rapport à un appareil cloué dans un salon. Il peut servir de flambée durant les colonies de vacances, dans les bois comme dans les grottes, sous une tente comme en plein air. Et pour le ravitailler, il suffit de vous approvisionner chez le pompiste via des bouteilles ou réservoirs. Comptez que chaque bidon en supplément équivaut à une semaine de vacances au chaud.         

 

 

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier