Chauffage électrique : quel est son impact sur l’environnement ?

Dernière mise à jour: 16.02.20

 

Pour vivre décemment, l’être humain a besoin d’un certain niveau de température. L’installation des systèmes de chauffage dans chaque habitation contribue à la satisfaction de ce besoin. Cependant, l’utilisation de l’énergie électrique à grande échelle impacte l’environnement de manière importante. Voici les différentes manifestations et solutions possibles à cette séquelle.

 

Les impacts directs du chauffage électrique sur l’environnement

Se chauffer constitue un impératif auquel l’homme a toujours dû se plier depuis la nuit des temps. Avec l’évolution des époques et de la science, diverses techniques lui ont permis de trouver des moyens d’y arriver. Des améliorations ont été apportées au fur et à mesure des années, dans un souci de pérenniser la satisfaction de ce besoin devenu fondamental. La découverte de l’électricité il y a quelques siècles a favorisé les recherches. Aujourd’hui, une grande partie des ménages utilisent un système de chauffage électrique pour apporter à leur demeure la chaleur nécessaire pour une vie confortable, notamment en hiver. Malheureusement, ce bien-être présente un revers loin d’être reluisant, car l’utilisation de ce système de chauffage crée des dégâts inimaginables pour la planète.

Le premier responsable concret se matérialise par le fameux radiateur électrique que chaque famille utilise pour créer un appoint de température dans son logis. En effet, de la phase de fabrication jusqu’à son utilisation, cet équipement nécessite de nombreuses interventions susceptibles de nuire à l’environnement. Depuis le matériau sélectionné pour sa fabrication, en passant par la transformation et l’assemblage, la création de ce matériel fait intervenir l’électricité dans toutes les phases de sa fabrication. Par ailleurs, son transport vers les points de vente, jusque chez vous fait également intervenir un matériel qui fonctionne soit à l’énergie fossile, soit à l’énergie électrique. Un radiateur à lui seul peut sembler inoffensif quant à sa production de polluants, toutes origines confondues (fabrication et transport, notamment). Mais portée à l’échelle internationale, cette valeur explose littéralement, et les résultats se ressentent d’ailleurs avec le changement climatique qui se manifeste de plus en plus violemment, d’année en année.

En corrélation avec le radiateur, le système de chauffage assure également son fonctionnement avec l’intervention des centrales nucléaires. Le concept ne nécessite plus aucune démonstration, l’exploitation du nucléaire reste d’office le plus grand risque écologique connu. Les explosions des réacteurs de Tchernobyl il y a quelques décennies, ainsi que la fusion d’un autre à Fukushima il y a quelques années sont restées dans les annales, en termes de catastrophe écologique. Malgré toutes les mesures de sécurité et les normes environnementales mises en place, ces centrales nucléaires continueront de polluer l’atmosphère, afin de fournir l’énergie nécessaire pour nous réchauffer. Elles restent ainsi un risque potentiel pour le milieu naturel, notamment en cas d’accident, ou de vétusté, sans compter les éventuelles attaques terroristes.

 

Les autres impacts du chauffage électrique

Outre ces dégradations notées au niveau terrestre, le chauffage électrique provoque également des effets néfastes pour l’atmosphère. En effet, le fonctionnement d’un radiateur, par exemple, provoque la libération de nombreux gaz nocifs dans l’atmosphère. Certains seraient en mesure de perforer la couche d’ozone, sachant que celle-ci est aujourd’hui déjà en train de s’amincir considérablement. Pour information, la couche d’ozone est une protection naturelle qui empêche les rayonnements toxiques du soleil d’arriver sur la planète.

En parallèle à ces composés qui contribuent à cette destruction de la couche d’ozone, le chauffage libère également bon nombre de gaz à effet de serre, dont le plus important est le dioxyde de carbone ou CO2. En gagnant l’atmosphère, le gaz devient un isolant qui empêche la chaleur du soleil renvoyé par le sol de se dégager dans l’espace. En guise de résultat, cette chaleur revient de nouveau vers la Terre, avec un effet d’amplification que les scientifiques désignent par le réchauffement planétaire. Cette situation se vérifie par l’augmentation du niveau de la mer dû à la fonte progressive des glaciers polaires. Les différents cataclysmes naturels qui se produisent avec des intensités de plus en plus alarmantes, comme les tsunamis et les séismes, justifient également ces résultats.

Dans un contexte plus humain, mais toujours relatif à cette destruction de l’environnement, il faut également soulever la production de monoxyde d’azote par les systèmes de chauffages, même si l’électrique n’est concerné qu’à un degré moindre. Il s’agit d’un gaz toxique mortel qui peut tuer une personne en très peu de temps. Ses particules s’attaquent aux organes respiratoires, et les gens peuvent mourir en seulement quelques heures d’un empoisonnement au monoxyde d’azote. De plus, ces particules restent en suspension pendant une longue période, sans se dissoudre. L’être humain faisant partie de l’environnement, les fuites incontrôlées de ce gaz mortel produit par les systèmes de chauffage constituent ainsi un autre impact à tenir en compte.

Les solutions possibles pour réduire les effets néfastes du chauffage électrique

Devant les faits, de nombreuses recherches sont aujourd’hui effectuées pour pallier les dégâts. Le retour vers l’exploitation de l’énergie naturelle prend désormais de l’ampleur, avec les différents encouragements étatiques pour l’utilisation des ressources renouvelables, comme l’énergie éolienne ou solaire. Cette dernière est la plus en vogue en ce moment. Cependant, l’investissement nécessite encore un montant substantiel, malgré les différentes aides mises en œuvre par l’État et les organismes œuvrant dans ce domaine. Par ailleurs, la mise en place nécessite encore des procédures plus ou moins compliquées, qu’il s’agisse d’une transformation pour un bâtiment en rénovation énergétique, ou d’une construction neuve.

En attendant de voir vos propres possibilités, la meilleure solution consiste d’abord à commencer par respecter les obligations de vérifier votre système de chauffage. Au besoin, procédez à une nouvelle installation utilisant des produits naturels pour vous chauffer, comme les chaudières à granulés par exemple. En outre, revérifiez l’isolation de votre habitation et remettez-la aux normes si nécessaire. Une maison bien isolée consomme en effet peu d’énergie électrique, si vous n’envisagez pas dans l’immédiat de vous séparer de votre radiateur électrique. Cependant, cette échéance ne saurait tarder, et l’adoption d’un équipement plus écologique pourrait vous être bénéfique à terme, en fonction de votre choix.

 

 

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...