Le radiateur électrique est-il passé de mode chez les foyers ?

Dernière mise à jour: 20.06.19

 

Pour se réchauffer dans une maison, il existe plusieurs moyens : le poêle, le radiateur, la cheminée et bien d’autres. Chacun a ses propres atouts et inconvénients, mais ce qui intéresse les usagers la plupart du temps, c’est l’économie d’énergie et en ce sens, le radiateur électrique traditionnel n’est pas vraiment champion. Dans cet article, vous allez découvrir pourquoi ainsi que d’autres appareils susceptibles de le remplacer.

 

La dépense que représente un radiateur électrique classique

Comme les radiateurs consomment beaucoup d’énergie, ils correspondent davantage à des utilisations d’appoint et non en continu comme pour chauffer une salle de bains par exemple ou une chambre d’amis. Les radiateurs ont une puissance de 1000 à 3000 W, et si vous les sollicitez toute la journée durant l’hiver, vous vous retrouveriez vite dans le rouge.

Heureusement, les constructeurs ont pensé à intégrer des thermostats sur les radiateurs afin d’améliorer le confort des habitants, mais aussi pour limiter les dépenses en énergie.

Si vous jetez un œil à la carte de la France sur la réglementation thermique, vous verrez que celle-ci est divisée en 8 parties distinctes de la h1 à la h3 avec chacune leur plafond de consommation électrique à ne pas dépasser. C’est ce qu’on appelle la RT2012. Cela détermine le type d’énergie qu’il vous faut selon la région où vous habitez. Dans la h1 par exemple, ils déconseillent ce genre d’installation. Et à partir de la h3, l’Etat va jusqu’à inciter les habitants à recourir à ce genre de pratique.

 

 

Des modèles de radiateur innovants          

Cela dépend des cas. Un radiateur peut très bien couvrir une petite superficie sans occasionner de grosses dépenses à la maison. De nouveaux arrivants font leur apparition sur le marché, plus performants et moins énergivores que ceux d’antan. On les appelle radiateurs radiants ou panneau rayonnant et radiateur à inertie. Seulement, il vous faudra vous passer de l’aide de l’Etat pour vous en procurer, car ils ne bénéficient pas des aides accordées comme sur les modèles traditionnels.  

Le radiateur radiant électrique (voici nos meilleurs exemples) fonctionne de la même manière que le soleil en émettant un rayonnement. Toute la surface émet alors de la chaleur et la répartit plus rapidement et de manière uniforme dans la pièce. Ces innovations sont aussi accompagnées d’options avancées qui boostent leurs performances. Elles modulent automatiquement la température à maintenir dans une pièce, font office de détecteur de mouvement, et signalent aussi lorsque vous laissez une ou plusieurs fenêtres ouvertes. En effet, cela occasionne beaucoup de gâchis.

Les versions à inertie ne sont pas en reste lorsqu’il s’agit de chauffer progressivement et de manière confortable une chambre. Là encore, on distingue les modèles à inertie sèche et fluide. Chez la première, le corps du radiateur chauffe l’air, et chez la seconde l’air passe par de l’eau chauffée dans l’appareil ou de l’huile.

Leurs atouts à tous les deux résident dans le fait qu’ils stockent plus longtemps la chaleur produite et donc qu’ils n’ont pas besoin de consommer beaucoup.   

 

Choisir des énergies plus accessibles financièrement

A part l’électricité, on retrouve bien d’autres énergies moins chères sur le marché ou pratiquement gratuite qui vous aideront à minimiser vos dépenses en chauffage tout en gardant le même confort domestique. On peut par exemple parler du bois, qui non seulement coûte le moins cher, mais reste disponible n’importe où dans les jardineries, les magasins en tout genre et même Internet.

Aujourd’hui, les concepteurs élaborent des poêles  à bois ou à granulés beaucoup moins encombrants et plus accessibles aux budgets moyens et aux petites résidences. Par contre, si vous êtes en pleine construction ou rénovation dans une grande propriété, le mieux reste toujours la bonne vieille chaudière.

Les chaudières au gaz naturel sont souvent très encombrants et demandent non seulement beaucoup d’entretien, mais aussi des travaux coûteux lors de l’installation. Les gens préfèrent alors installer plusieurs radiateurs électriques dans chaque pièce ou à chaque étage, ce qui a pour but de grever leur budget au fil du temps. Pourtant ce que beaucoup ne savent pas, c’est que plus les jours passent, plus l’écart se creuse en faveur du gaz naturel. Si bien que le chauffage au gaz naturel revient à 2 fois moins cher, voire plus, que l’électricité. Alors si votre but est d’économiser de l’argent sur la durée, faites abstraction des difficultés liées à la mise en place.

 

 

L’appel aux énergies gratuites

Les énergies gratuites telles comme le soleil ou le vent séduisent de plus en plus les consommateurs vivant dans les régions où l’ensoleillement et les coups de vent y sont propices. Certes, ce type d’énergie revient assez cher à l’achat, mais l’investissement en vaut le coup sur la durée. Ces équipements durent en effet 25 ans et plus sans nécessiter d’entretien fastidieux ou de remplacement de pièces. L’autre inconvénient à part le prix, c’est le fait qu’on se sente un peu limité dans l’utilisation du courant obtenu. Au départ, vous êtes obligé de calculer au kilowatt près les dépenses énergétiques totales de la maison et même d’y rajouter une petite marge pour pallier aux à-coups. Entre le chauffage, les appareils électroménagers, les résidents qui utilisent Internet et leurs appareils électroniques, cela fait beaucoup. Mais si vous avez les moyens de vous payer un kit qui couvre entièrement les besoins de votre foyer, c’est tant mieux.

Les pompes à chaleur fonctionnent pratiquement comme des ventilateurs chauffants qui aspirent l’air de l’extérieur pour le réchauffer et le rejeter à l’intérieur. Là aussi, il faut y mettre un certain prix, mais au fonctionnement, ces solutions sont beaucoup plus économiques.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...