Quel chauffage est le plus économique ?

Dernière mise à jour: 24.01.20

 

Le budget annuel d’un ménage se répartit sur de nombreuses obligations, parmi lesquelles figure le chauffage. Celui-ci constitue l’une des charges les plus élevées. Cependant, il est possible de l’ajuster et de réduire ainsi les coûts y afférents. Mais pour pouvoir faire des économies, vous devez considérer de nombreux points.

 

Les différents types de chauffages

Depuis des siècles, les lieux d’habitation doivent obligatoirement disposer d’une centrale de chauffage, pour faire face aux rudesses de la saison froide. Des anciennes cheminées rustiques au rendement aléatoire au système de chauffage central dernier cri équipant les constructions récentes, les moyens pour garder une température correcte à l’intérieur de la maison n’ont cessé d’évoluer.

Le moyen le plus basique pour permettre de se chauffer durant les périodes hivernales reste le radiateur. Compte tenu de sa taille, ces appareils classiques produisent de la chaleur pour réchauffer une petite surface à haute température. Au contact de l’air ambiant plus froid, l’on obtient une température moyenne acceptable. Seulement, en fonction de la taille de la maison et de chaque pièce, il faut en général plusieurs appareils pour chauffer toutes les pièces comme il faut. Aujourd’hui, de nouvelles techniques ont été mises au point, apportant chacune ses spécificités.

La première technique concerne la méthode de chauffage par convection, durant laquelle l’objectif consiste à chauffer l’air ambiant, pour apporter l’atmosphère intérieure à une température agréable. Cette technique nécessite d’une part une centrale de chauffage puissante et bien placée.

Ensuite, le réchauffement d’une pièce par système de rayonnement consiste à envoyer de la chaleur à partir d’une source qui produit de la chaleur dans un premier temps. Elle la diffusera ensuite tout autour d’elle. Selon la puissance de l’appareil ou de l’équipement, la chaleur sera répartie dans un rayon plus ou moins important.

 

 

D’autre part, le moyen d’augmenter la température peut s’effectuer par l’intermédiaire des outils de production de chaleur, plus précisément par accumulation. C’est le cas des appareils de chauffage avec ou sans inertie, dont le principe consiste à accumuler de la chaleur, avant de la rediffuser dans la pièce où ils se trouvent. La gestion du chauffage de l’intérieur d’une maison peut également fonctionner à basse température.

Enfin, une méthode actuelle consiste à diffuser la haute température, par l’intermédiaire d’une large surface de production de chaleur. C’est le cas des planchers ou des murs chauffants qui équipent aujourd’hui certains bâtiments dits économiques, répondant à des normes spécifiques dans cette course à la limitation de la consommation d’énergie.

Quoi qu’il en soit, toutes ces méthodes de chauffage nécessitent des appareils ou des installations caractéristiques. Mais le choix pèsera soit au niveau de l’investissement, soit dans le cadre de l’utilisation, mais surtout en fonction de certaines conditions physiques et matérielles.

 

Matériel et sources d’énergie

La cheminée représente le premier système de chauffage existant depuis le Moyen-Âge. Elle utilise le bois comme source d’alimentation. Le concept perdure jusqu’à aujourd’hui, quoique des améliorations ont été apportées pour permettre un rendement plus conséquent. Il s’agit de son couplage au système de chaudière centrale, qui répartit désormais la chaleur obtenue à valeur égale dans toutes les pièces de la maison. En gros, la cheminée joue plus le rôle de motif décoratif, tandis que la chaudière centrale se charge de recueillir, puis de transmettre la chaleur produite dans toute la maison.

En l’absence de cheminée, la chaudière effectue toujours son service et peut fonctionner sur plusieurs sources, notamment l’énergie fossile (fioul, pétrole, gaz…) ou électrique. Mais compte tenu du prix de ces ressources qui ne cessent d’augmenter de manière progressive, d’autres équipements se posent désormais en alternative.

L’on recense surtout la tendance vers l’adoption des appareils fonctionnant à l’énergie verte comme le solaire, et qui relègue un poêle à pétrole performant au stade de l’obsolescence. Mais de toutes les manières, chaque système présente des avantages et des inconvénients, et prendre connaissance des possibilités de chaque voie vous permettra de définir l’investissement le plus économique à votre niveau.

 

Faire des économies sur le chauffage : les conditions

Réussir à réduire le budget dédié au chauffage nécessite une étude répondant à certains critères importants.

Le premier concerne votre logement en lui-même. Selon la localisation géographique, vous n’aurez pas besoin du même apport calorifique à Marseille ou à Lille. Par ailleurs, il faut savoir également si le bâtiment qui abrite votre appartement, ou si votre maison est une nouvelle construction. La réponse indiquera si votre habitation satisfait ainsi les différentes obligations relatives aux dernières normes requises en termes d’isolation. Dans le cas contraire, vous devrez encore prévoir des travaux préalables pour cette mise aux normes, ce qui vous vaudra un supplément dans votre budget prévisionnel.

Dans un autre contexte, le choix du système à adopter peut également s’avérer être compliqué. Vous pouvez réaménager une cheminée ancienne pour la coupler à un système de distribution moderne, adopter des appareils d’appoint pour chaque pièce, ou installer une nouvelle chaudière alimentant un plancher et un mur chauffants. Mais le coût peut facilement passer du simple au double, ou plus suivant l’option qui pourrait vous convenir, ou convenir à la maison.

 

 

Enfin, au-delà des investissements, le choix de la source d’énergie à utiliser jouera également un rôle important dans la recherche d’économie liée à l’utilisation. Pour les énergies fossiles comme le pétrole et le fioul, les prix augmentent lentement et sûrement, sans compter qu’elles constituent un facteur polluant et pour lequel vous ne bénéficierez d’aucune subvention.

Les ressources classiques comme le bois en bûche, en granulés ou en plaquettes pourraient être intéressantes, mais nécessitent un aménagement supplémentaire pour le stockage. Quant à l’énergie solaire ou éolienne, le coût d’installation revient encore très cher malgré les subventions, mais vous permet de profiter d’une charge presque égale à zéro lors de l’utilisation.

À ce stade, l’idéal consiste à effectuer une simulation auprès des professionnels de l’énergie, ou tout simplement vous rendre sur Internet pour trouver un simulateur. En fonction de votre cas, vous pourrez obtenir les meilleurs conseils pour réaliser effectivement une économie réelle sur votre consommation d’énergie.

 

 

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...