Détails techniques à considérer pour l’installation d’un poêle à granule

Dernière mise à jour: 08.12.21

 

Vous avez choisi le poêle à granulés comme système de chauffage ? Sachez que vous pouvez l’installer vous-même en suivant bien les instructions et si vous avez des compétences dans ce domaine. Cependant, il s’agit d’une opération très délicate et il est plus judicieux de recourir aux services d’un professionnel. Mais peu importe votre décision, il y a certaines conditions à respecter et à ne pas prendre à la légère pour sécuriser la pose.

 

1. La distance de sécurité

– La place du poêle à granulés : L’installation du poêle à granule doit se faire dans une pièce d’une surface de 20 à 30 m3, car il faut respecter une cohérence avec la puissance du matériel. Le support doit être parfaitement solide et prendre en charge un poids de 70 à 250 kg. Si le modèle que vous avez choisi dispose d’une ventilation frontale ou supérieure, aucun obstacle ne doit être présent autour de lui pour assurer son refroidissement.

– Par rapport aux matériaux combustibles : Il doit y avoir 80 à 150 cm d’espace entre la vitre d’un poêle à granulés et ces matériaux, tandis que 4 à 30 cm d’écart est nécessaire entre eux et l’arrière de l’appareil. En ce qui concerne les côtés, il doit y avoir 10 à 30 cm de distance.

Si votre sol est en parquet, vous devez mettre une plaque en acier de 2 mm d’épaisseur au-dessous du poêle à granulé.

– Par rapport aux conduits de raccordement du poêle à granule : Dans le cas où vous avez un conduit de poêle isolé avec une classe de température T450, il faudra nécessairement avoir 8 cm d’espacement au niveau du mur. Par ailleurs, vous pouvez multiplier par 3 le diamètre nominal du conduit. La pose d’un revêtement incombustible à l’arrière du poêle à granulés n’est pas obligatoire, mais elle est fortement conseillée.

 

2. L’arrivée d’air

– La consommation d’air : Afin que la combustion du granulé se fasse, il faudra de l’oxygène. Comptez de l’air d’un volume de 50m3/h qui équivaut à une pièce de 20 m². Il convient de remarquer que la création d’une arrivée d’air est fortement déconseillée.

– Arrivée indirecte : L’opération consiste à percer un trou d’environ 80 mm de diamètre, équivalant à 50 cm², à côté ou derrière le poêle à granulés. Vous pouvez aussi le faire dans une pièce adjacente à celle où l’installation du poêle à granule s’est faite. Ensuite, protégez l’orifice avec une grille pour éviter l’entrée de courant d’air froid.

– Arrivée directe : Cette solution est la plus recommandée et elle consiste à relier le poêle à granulé avec l’air extérieur à l’aide d’un tuyau de poêle flexible de 50 à 80 mm de diamètre et d’une longueur allant de 3 à 5 m.

3. Installation d’un poêle à granule sur un conduit existant

– Étanchéité : Pour permettre une excellente étanchéité et éviter les fumées dans la pièce où se trouve le poêle à granulés, mettez des joints entre les éléments du tubage. Cependant, il faut assurer un contrôle régulier pour vérifier les durcissements ou les déchirures. Pour que l’écoulement des condensats puisse se faire facilement, veillez à ce que la partie mâle s’emboite vers le bas.  

– Conduit de raccordement : Vous devez faire en sorte que celui-ci soit très droit face au plafond. Néanmoins, un changement de direction à 180° est tolérable, mais pas à angle vif. Afin d’adoucir le virage, vous pouvez utiliser 2 éléments à 45° ou encore une section à direction horizontale de 2 à 3 m dont la pente va de 3 à 5 %.

– Conduit des fumées : À partir du plafond, jusqu’à la sortie, respectez une limite de 2 coudes à 45°.

– Le T de décendrage : Pour collecter les résidus causés par la combustion, il vous faudra posséder cet élément. Cela va éviter le démontage de toute l’installation au moment où le nettoyage du conduit va se faire.

– Mise en place sur un conduit intérieur, extérieur et existant : Il n’est pas nécessaire de faire une isolation si votre conduit se trouve à l’extérieur. Dans le cas contraire, cela est fortement conseillé afin d’assurer une meilleure évacuation des fumées et un bon refroidissement. Si votre conduit existe déjà, vous devez le remettre à neuf en utilisant une gaine flexible pour obtenir une installation étanche.

– Sortie de toiture : Votre fumisterie doit offrir un tirage de 10-12 Pa pour une hauteur de 3,5 m minimum. Elle doit donner sur une zone à l’abri des turbulences, c’est-à-dire à 40 cm du faîtage si vous avez un toit classique et à 120 cm s’il est plat. Par ailleurs, elle doit être tenue à l’écart de la pluie et des nuisibles. Favorisez donc les coupe-vents.

– Traversée de plancher : Pour éviter que celle-ci prenne feu et pour que l’isolation soit continue, il est nécessaire de la traiter avec une coquille isolante.

 

4. Installation sans conduit de fumée existant

Si vous avez une maison individuelle, il est possible d’installer un poêle à granulés sans qu’il y ait un conduit de fumée. C’est une solution peu coûteuse et plus souple.

 

5. Installation d’un détecteur de fumées et de monoxyde de carbone

Pour sécuriser l’utilisation d’un poêle à granulés, il est conseillé de faire installer un détecteur de fumée à côté de vos chambres. Cet appareil va vous alerter en cas d’incendie. Portez votre choix sur les modèles à pile en lithium qui peuvent durer jusqu’à 5 ans et ceux qui suivent la norme NF. Pour compléter cela, placez un détecteur de monoxyde de carbone près du chauffage lui-même pour être averti de la présence de gaz nuisibles dans la pièce.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES