Les règles de la construction d’un plancher en bois

Dernière mise à jour: 06.05.21

 

Un plancher en bois se définit comme étant un ouvrage destiné à séparer les niveaux d’un logement. Cela étant, il n’est pas uniquement réservé aux maisons à étages, mais s’adresse également à tout autre type de logement. La raison est que son principal rôle consiste à supporter les charges d’une élévation, et ce, qu’il s’agisse d’un étage, d’un sol ou d’une toiture. Il doit ainsi pouvoir garantir robustesse et stabilité.

 

Pourquoi installer un plancher en bois ?

Les planchers en bois ont toujours été privilégiés dans les habitats traditionnels. Aujourd’hui, ils sont encore très répandus dans les constructions à ossature en bois et les constructions en bois massif. Il en va de même en ce qui concerne les aménagements des combles et du rez-de-chaussée. Quoi qu’il en soit, quel que soit le mode de construction à réaliser, les avantages de s’orienter vers un plancher fait de bois restent indéniables. Dans un premier temps, le bois est un matériau léger, noble par excellence et intemporel. Sur les murs porteurs, un plancher issu de ce matériau garantit une installation sans ajout de charges lourdes.

L’entretien d’un plancher en bois est également simple à réaliser. Quant à la pose, elle peut être effectuée rapidement sans avoir recours à un outillage spécifique. Il garantit par la même occasion une très faible déperdition énergétique, ce qui vous permettra de faire de grande économie d’énergie. Voilà les raisons pour lesquelles l’installation de ce type de plancher est fortement recommandée tant pour la rénovation des maisons individuelles que pour les constructions neuves.

Les caractéristiques des planchers en bois

Les planchers, comme leur nom le laisse entendre, sont des ouvrages horizontaux. Ils peuvent également être continus, plans et porteurs ou non selon les besoins spécifiques de l’habitation. Par rapport à un parquet moderne, ils se différencient de par leur aspect décoratif et leur capacité à être des ouvrages non porteurs ou porteurs. 

Lorsque vous observez les planchers de plus près, vous remarquerez certainement le fait qu’ils sont constitués par de nombreux éléments porteurs. Bastaings, solives, madriers et poutres sont établis de façon parallèle. Les planchers sont également composés d’une plateforme, qui dans la majorité des cas, est faite de panneaux de particules, de dalle OSB ou d’une planche à lame de bois.

 

Les différentes catégories de planchers en bois

Parce qu’il est important de bien comprendre les différents aspects du plancher en bois avant de procéder à l’installation, nous avons jugé essentiel d’en distinguer les catégories. Dans cette lancée, sachez que ce genre de plancher se distingue en trois grandes catégories. 

Dans un premier temps, vous trouverez le plancher à solivage apparent. Ce type de plancher dispose d’une structure porteuse qui reste visible et qui peut être réalisée en bois massif. D’un autre côté, vous avez le plancher en bois à solivage non apparent. Il est souvent doublé d’un faux plafond et met à l’honneur un solivage constitué de poutres composites. Ce type de plancher est en mesure d’accueillir un panneau isolant thermique ou acoustique et fournit par la même occasion, un passage pour les gaines techniques. La troisième catégorie est le plancher mixte bois-béton. Mais il faudra quand même noter que ce type de plancher a été créé pour répondre à des projets spécifiques, et qu’il s’agisse de projet neuf ou de rénovation sur un plancher déjà existant.

 

Dans quels cas utiliser un plancher en bois ?

S’il y a une chose importante à savoir à propos du plancher en bois, c’est qu’il peut être mis en place à tous les niveaux d’une habitation, à la différence d’une lame de parquet. D’abord, il est le plus couramment utilisé en plancher bas, au niveau du rez-de-chaussée, sur les murets en béton ainsi que les plots. Il peut également être installé en plancher d’étage ou en toit-terrasse surtout sur les habitations à l’architecture contemporaine.

 

Quelles sont les règles à suivre dans le cadre de la construction d’un plancher en bois ?

Il faut noter que la mise en place d’un plancher doit répondre à des règles spécifiquement dédiées. Et pour chaque matériau, il y a des règles différentes. Alors, qu’en est-il du bois ? Pour les planchers en panneaux de bois dérivés, la norme européenne est stricte. Les panneaux doivent répondre à toutes les caractéristiques de performance exigées dans la norme européenne NF EN 13986. 

Ces panneaux qui seront utilisés dans le cadre de la construction d’une habitation doivent aussi avoir une attestation de conformité comme le définit la DPC. Alors, s’il s’agit d’une utilisation en plancher, les panneaux concernés sont ainsi : les contreplaqués, les dalles agglomérées ainsi que les panneaux à copeaux orientés et les lames à parquet qui sont conformes à la norme NF EN 13629 et la norme NF EN 13990.

 

Pendant l’exécution des travaux

Maintenant, vous en savez plus sur les panneaux de bois dérivés que vous pourrez utiliser. Il est désormais temps de voir de plus près les règlements à suivre pendant l’exécution des travaux. Avant toute chose, sachez que le bâtiment où le plancher sera installé devra être clos et couvert en même temps. Par la suite, l’humidité des panneaux devra être contrôlée et maintenue à 12 % maximum. Pour les éléments nécessaires au solivage, le taux d’humidité ne devra pas excéder les 20 %. Si les conditions climatiques se gâtent, dans ce cas, il est nécessaire de prévoir l’utilisation d’une bâche pour assurer la protection du plancher.

La préparation de poutres et des solives

Vous recherchez une solution à la fois performante et économique ? Dans ce cas, ne négligez pas les poutres et les solives. Dans cette optique, veillez à ce que les sections courantes de sciage en bois avec 20 % d’hygrométrie aient une largeur comprise entre 50, 63, et 100 mm. En hauteur, le sciage de bois résineux devra faire environ 150 ou 175 ou 225 mm. De cette manière, elles seront en mesure d’assurer une prise de charges importantes. Il est tout aussi important d’avoir recours à des abaques ou aussi des réglettes étant donné qu’elles sont assez ergonomiques.

 

L’usage de poutres en bois massifs reconstitués

En cas d’usage de poutres en bois massifs reconstitués, assurez-vous de prendre des modèles qui sont conçus à partir de 3 à 5 lames avec une épaisseur du plancher en bois de 45 à 80 mm. Pour les poutres en bois lamellé-collé, il faudra privilégier les lamelles de bois d’environ 33 à 45 mm d’épaisseur.

 

Les réglementations sur la pose des panneaux

La pose des panneaux peut se faire sur un sol en bois, un plancher flottant, un parquet destiné à un passage intensif ou encore ou sur un sol stratifié pas cher. Mais quel que soit votre choix, sachez que la longueur de la dalle de plancher doit être en perpendiculaire avec le support. Les dalles doivent également être posées à joints décalés en suivant une pose à taille de pierre. Il est tout aussi important que les panneaux reposent sur des appuis. Il va falloir prévoir au moins trois appuis. 

Enfin, en ce qui concerne les panneaux à bords droits, il est important de faire en sorte qu’ils soient supportés au niveau des 4 côtés. Une des questions qui se posent les plus fréquemment quand il s’agit de pose de panneaux est : comment faire un plancher en bois dans les combles ? 

Pour cela, il est important de tenir compte des variations dimensionnelles des panneaux qui seront causées par les aléas du climat. Et dans cette optique, vous devrez prévoir la mise en place de jeux qui vont permettre à tous les panneaux de s’allonger. Pour les panneaux à bords droits, prévoyez un jeu de 1.5 à 2 mm. Pour les dalles usinées à rainure-languette, prévoyez un jeu d’environ 11 mm.

 

La fixation

Selon les règles, il est formellement interdit de fixer des panneaux disposant d’une épaisseur de plus de 25 mm avec des agrafes. Vous devrez utiliser des pointes torsadées ou des pointes crantées pour assurer une plus grande stabilité et tenue de l’ouvrage. Attention quand même à noter que si vous avez pris la décision de procéder à une fixation par pointes, il faudra renforcer le clouage avec des vis. Il en va de même lorsqu’il s’agit de faire un plancher en bois dans un garage.

Le prix d’un plancher en bois

La fourchette tarifaire, quand il s’agit de plancher en bois, est largement variée. Quoi qu’il en soit, il y en a pour tous les budgets et pour tous les besoins. Vous trouverez les planchers haut de gamme, les planchers de moyenne gamme ainsi qu’un plancher pas cher, mais qui peut être tout aussi robuste et léger. En ce qui concerne la pose, si vous ne savez pas comment vous y prendre, même si vous avez quelques notions en bricolage, il serait judicieux de se remettre entre les mains de professionnels. Seule une intervention de ce genre pourra vous garantir un ouvrage réalisé dans les règles de l’art.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments