Comment fonctionne le puits canadien ?

Dernière mise à jour: 02.12.21

 

Adaptant les mêmes procédés que le puits provençal, le puits canadien est un dispositif de régulation thermique qui s’alimente par l’échange du sol et de l’air grâce à un système de canalisation enterrée. Le mécanisme adopte par ailleurs l’inertie thermique qui réduit la consommation électrique. Cet article apporte également des précisions sur le principe de fonctionnement de ce dispositif pour que vous soyez bien fixé.

 

Tout savoir sur le puits canadien

À l’heure où l’économie d’énergie est au centre de toutes les préoccupations à cause du tarissement des ressources, construire un puits est incontournable. Il s’agit d’une installation dont l’efficacité est reconnue depuis de nombreuses années. De plus, son usage est adapté aux personnes exigeantes en termes de respect de l’environnement puisqu’il fonctionne avec un procédé écoresponsable. En effet, le puits canadien possède une capacité énergétique à la fois propre et infinie pour que les futures générations puissent en profiter à leur tour.

C’est l’un des rares systèmes qui peut produire plus d’énergie qu’il n’en consomme. De plus, il peut assurer une utilisation en continu. Par ailleurs, il participe activement au confort dans les habitations en renouvelant l’air intérieur tout en apportant une température agréable. Si les puits climatiques ont déjà été adoptés dès l’Empire romain, ils continuent d’être employés un peu partout dans le monde. En outre, la plus grande évolution de ce type d’installation a été l’intégration de VMC associé à un système de ventilation réservé pour les utilisations en été. 

Le puits doté de VMC cave permet alors de réguler efficacement la température, l’ambiance intérieure ainsi que le taux d’humidité. Grâce à la programmation de l’ensemble, vous bénéficiez d’un fonctionnement à la fois continu et cohérent. Ce n’est pas tout, car le dispositif peut décider soit de privilégier la circulation de l’air à travers le réseau, soit de puiser directement en extérieur. Par conséquent, le puits canadien assure une alimentation en continu, peu importe la saison. Il prend en charge les fonctions de réchauffement et de rafraîchissement de l’habitation.

Le fonctionnement du puits canadien

Comme nous l’avons déjà mentionné, le puits canadien aide à mieux ajuster la température d’une habitation. Pour assurer son bon fonctionnement, il est équipé de plusieurs composants essentiels à savoir la borne de prise d’air qui est destinée à prélever l’air provenant des lieux environnants. 

Il comporte aussi des conduits externes qui sont enterrés. Il s’agit de tuyaux pour puits chargés de transporter l’air capté vers le sous-sol. Sans oublier le système de contrôle de flux ou « by-pass » qui oriente la direction du flux selon les besoins. Pour terminer, il y a un mécanisme de ventilation dont le rôle est d’assurer la diffusion de l’air dans toute la maison.

Avant de faire un puits, vous devez savoir qu’il ne s’agit pas d’un simple système de chauffage ou de climatisation. En effet, il permet davantage de réguler la température en se servant de l’inertie du sol. Par conséquent, il n’est pas nécessaire d’avoir recours à d’autres sources d’énergie. Connue également sous le nom d’échangeur air-sol, cette installation assure l’alimentation en air froid ou chaud de la maison grâce à la chaleur provenant de la terre.

En général, la température du sol durant l’été est plus fraîche en comparaison avec celle de l’air ambiant. De cette manière, l’air circulant dans les conduits sera automatiquement refroidi. Par contre, ce processus est renversé en hiver, car l’air se transforme en calorie afin de réchauffer les lieux. En outre, il y a plusieurs facteurs qui déterminent le rendement de cette installation, c’est le cas pour les caractéristiques du terrain ainsi que la conductivité thermique du sous-sol, la profondeur d’enfouissement ou encore la taille des tuyaux.

Étant donné qu’il s’appuie essentiellement sur des éléments naturels, le puits canadien vertical est une installation écologique. D’ailleurs, aucun apport en énergie supplémentaire n’est nécessaire, comme c’est le cas pour d’autres systèmes adoptés dans de nombreuses habitations. Ainsi, vous allez donc réaliser d’importantes économies qui se feront sentir au niveau de votre portefeuille. Grâce à l’air rafraîchi produit, vous n’avez pas à utiliser des appareils énergivores en été tandis qu’en hiver, il est capable d’augmenter de plusieurs degrés la température pour que le chauffage soit beaucoup moins sollicité.

Les meilleurs conseils avant l’installation d’un puits canadien

Si vous êtes bien décidé à vous lancer dans ce projet, ne vous précipitez pas à acheter un kit puits canadien. En effet, il est essentiel de mener une étude bien approfondie pour vous assurer que tout fonctionne correctement. Pour ce faire, il s’avère primordial de vous pencher sur la nature du sol que vous prévoyez d’exploiter. Vous devez savoir qu’une terre grasse est beaucoup plus favorable puisqu’elle optimise l’échange calorifique. À ce moment, il n’est pas nécessaire d’utiliser beaucoup de tuyaux pour obtenir un meilleur rendement.

Ne négligez pas non plus les éventuels obstacles naturels qui pourraient avoir des impacts sur l’installation. Il faut savoir que ce genre de puits est particulièrement intéressant si vous vivez dans une région où la température annuelle varie énormément.

Au cas où vous prévoyez la construction d’une maison, il est plus judicieux d’inclure cette installation dans vos plans, que ce soit un puits canadien hydraulique ou autre. De cette manière, vous n’aurez qu’à vous servir des tranchées qui sont utilisées pour l’électricité ainsi que la canalisation du gaz. Même si vous rénovez votre habitation, il est encore possible de mettre en place cette installation. Dans ce cas, vous devrez percer les murs et poser un tuyau qui accède à l’intérieur, sans oublier le branchement à la VMC.

Concernant l’implantation des canalisations, elle doit se faire entre 1,5 et 2,5 m. De cette façon, vous obtenez des températures constantes, soit aux environs de 17 °C en été contre 10 °C en hiver. Afin de résister au poids de la terre, assurez-vous d’utiliser des tubes avec une bonne épaisseur. Vérifiez en même temps que l’intérieur des tuyaux est lisse et qu’ils ne comportent pas non plus de coude pour que la transition de l’air soit optimisée. Prévoyez également une inclinaison de 2 % ainsi que l’intégration d’un siphon pour faciliter l’évacuation des condensats.

Aussi, il faudra bien dimensionner le diamètre des conduits qui doit être entre 160 et 200 mm. Pour faire votre choix, il est nécessaire de tenir compte de la surface que vous souhaitez ventiler ainsi que le débit de l’air qui circule à l’intérieur. De plus, le système de by-pass joue un rôle essentiel puisqu’il permet de capter directement l’air provenant de l’extérieur pour rafraîchir l’habitation si la température est idéale. Ceci pourrait être nécessaire pendant l’intersaison, de cette manière il n’est plus utile de passer par le puits.

Si vous vous posez des questions au sujet de la conséquence d’un puits sous une maison, sachez qu’il ne présente aucun risque négatif si l’installation est réalisée en conformité avec les normes. De plus, vous devez privilégier essentiellement des matériaux de qualité. Aussi, les dimensions du dispositif doivent être étudiées de très près en tenant compte de la localisation géographique, le volume de votre habitation ainsi que les caractéristiques du sol. Par ailleurs, le puits canadien peut être associé avec les climatiseurs muraux pour une efficacité optimale.

 

Les points forts et les faiblesses du puits canadien

Vous avez besoin de faire le point concernant l’avantage et l’inconvénient du puits canadien avant de vous lancer ? Dans ce cas, il est primordial de préciser qu’il s’agit d’un dispositif qui est facilement accessible, pourtant son efficacité dépasse celle des autres systèmes adoptés jusqu’à aujourd’hui. Certes, la mise en place nécessite une certaine expertise, par contre le rendement est largement supérieur.

Afin de s’adapter à chaque besoin et à la configuration de votre habitation, vous avez le choix parmi les différents types de puits. Par ailleurs, face à l’intérêt de ce système, il est utilisé dans la conception bioclimatique de bâtiment. Le résultat obtenu est largement satisfaisant grâce au niveau d’isolation et d’étanchéité élevé de ce dernier.

En plus des économies que vous allez réaliser, que ce soit avec un puits canadien artisanal ou une autre catégorie, il permet également de se passer de la climatisation. En effet, cet équipement peut générer un flux d’air aux alentours des 20 °C, car la température souterraine est plus fraîche qu’en surface. Ceci dit, le réseau enterré décharge la chaleur de l’air afin de profiter d’une ambiance tempérée dans la maison, ce qui n’est pas le cas pour un puits naturel. D’ailleurs, le puits canadien va encore plus loin puisqu’il constitue une source de chauffage efficace. Par conséquent, peu importe la saison, cette installation assure un meilleur contrôle du renouvellement en continu de l’air intérieur tout en optimisant l’équilibre thermique des lieux.

Au-delà du fonctionnement simplifié de ce dispositif, vous l’apprécierez également pour sa facilité d’entretien. En effet, le nettoyage se limite à un lavage à grande eau. Toutefois, le changement des filtres est à prévoir de façon régulière pour empêcher la pénétration des pollens et des poussières. Il est également recommandé d’effectuer une inspection règlementaire de l’ensemble du système pour être sûr que tout fonctionne très bien.

Si les avantages liés à l’utilisation de cette installation l’emportent sur les inconvénients, le puits canadien présente quand même quelques lacunes. Effectivement, il est nécessaire de prévoir dès la construction de l’habitation, l’intégration d’une ventilation à double flux, sinon vous risquez de ne pas en bénéficier. Malheureusement, ce dispositif ne permet pas de profiter du crédit d’impôt 2021 et encore moins de l’aide MaPrimeRenov.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES