Quelles solutions pour climatiser un appartement ?

Dernière mise à jour: 23.10.20

 

La question de climatisation d’une habitation est toujours très délicate, du fait qu’il s’agit d’un investissement à long terme, et donc qu’il faut regarder de près les dépenses énergétiques. Ici nous vous montrons comment obtenir un peu de confort dans la maison en toute saison sans vous ruiner. Vous y lirez aussi les tarifs appliqués par les professionnels dans le domaine, et les possibilités de réaliser des économies pour un travail bien exécuté.

 

Les préalables à savoir 

La climatisation ne vous met pas seulement à l’abri des fortes chaleurs et des rudes hivers, elle contribue à assécher l’air et faire largement baisser le taux d’humidité dans une maison. Ainsi, les occupants surtout les plus sensibles respirent mieux, n’attrapent pas d’allergie, et vos murs ne développent pas de moisissures. Certains climatiseurs innovants nettoient même l’air de la poussière et des fines particules pour aller encore plus loin.

Avant de foncer tête baissée dans le premier article qui vous tombe sous le nez, essayez de préparer le terrain afin de minimiser vos dépenses énergétiques occasionnées par l’usage d’un tel appareil 12 à 24/24 h. Prenez des initiatives comme bien isoler votre bâti à l’intérieur comme à l’extérieur ou couvrir vos ouvertures de pare-soleil maison. En faisant cela, vous vous épargnez des factures plus que salées, mais aussi réduisez votre impact écologique sur l’environnement. Et si tout le monde s’y met, on pourrait peut-être freiner les changements climatiques, dont les canicules.

En effet, le climatiseur fonctionne comme un frigo, il aspire l’air chaud, le refroidit en le faisant circuler dans un liquide frigorigène, et le relâche dans la pièce. L’air chaud ou ce qu’il en reste, c’est-à-dire quelques calories, est évacué dehors par un conduit dédié et rattaché à une unité extérieure. Tout cela, cycle par cycle, consomme une grosse quantité d’énergie, donc il n’y a pas de place pour le gaspillage. 

Calculez avant même de parcourir les pages de la Toile à la recherche d’un dispositif adapté la superficie et les dimensions totales de votre chez-vous ou de la pièce qu’il faudra rafraichir de telle heure à telle heure. Cela vous permettra de trouver le type de climatiseur adéquat. Prêtez également attention au nombre d’ouvertures et à l’isolation présente. 

Sachez qu’en général un mètre carré dans le cas d’une hauteur de plafond standard, c’est-à-dire 2m50, nécessite une puissance de 100 à 130 W. Si vous partagez la pièce avec quelqu’un d’autre, il faudra le double à votre climatiseur. Ce chiffre augmente si votre foyer est mal isolé. Ne négligez pas non plus l’orientation de la bâtisse. Celles qui sont plus exposées au Sud requièrent 4 fois plus de puissance que celles au Nord.

Et avec une machine qui fonctionne à plus de 3000 W par jour, il devient impératif d’opter pour un dispositif classé A+, A++, ou A+++. Outre ces détails, si vous partagez l’immeuble avec d’autres résidents, il existe des règlementations à connaître afin de ne pas transgresser la loi.

 

Respecter les règlementations en vigueur

Que ce soit vis-à-vis de la mairie ou de la copropriété que vous occupez, des règles vous autorisent ou non à disposer d’un climatiseur avec unité extérieure si la version mobile ne vous convient pas. Ce genre de papier définit surtout le niveau de bruit toléré. Il faudra donc avant d’entamer les démarches d’achat et d’installation parcourir de long en large cet ensemble. 

Parlez-en à vos voisins pour qu’ils vous mettent au courant. Si un tel document n’existe pas dans votre cadre, rendez-vous à la mairie afin d’obtenir le plan local d’urbanisme. C’est un standard auquel tous les habitants doivent se fier en cas de lacunes dans le règlement des copropriétés. Sachez que vous pourrez toujours essayer de trouver des ententes ou réaliser des compromis en réunissant les autres copropriétaires et en mettant tout sur la table. 

Ce n’est qu’après que vous serez en mesure d’entamer les différents travaux s’il y en a. Il se peut que certains ne puissent se libérer, mais dans tous les cas, assurez-vous d’obtenir la faveur de la majorité, soit les 2/3 de l’effectif des copropriétaires afin de ne pas rencontrer de litiges plus tard.

 

Différents types de climatiseurs existants 

Si vous tenez par-dessus tout à économiser sur votre consommation, nous vous conseillons l’emploi des climatiseurs mobiles. Souvent munis de roulettes, ils vous accompagnent dans la pièce où vous vous affairez sans devoir chauffer toute la maison. Par contre, si vous vivez à plusieurs dans un appartement, cela n’ira pas. Vous aurez également moins de démarches à faire concernant l’installation. 

Leur bémol, c’est que ces dispositifs font du bruit et encombrent un peu le décor avec leur design et la gaine à faire sortir. Ils font aussi partie des moins chers sur le marché. Comptez une moyenne de 600 euros pour un produit de qualité. 

À côté, le climatiseur monobloc s’en rapproche plus ou moins, l’encombrement et le vacarme en moins, car même s’il n’embarque pas d’unité extérieure à poser dehors, telle une hotte aspirante, il possède une gaine pour faire sortir l’air. Donc en perçant 2 cavités d’une quinzaine de centimètres de diamètre sur un des murs des côtés ou de derrière l’immeuble, vous devriez être sorti d’affaire. Comme ils ne requièrent pas d’ouvrir une fenêtre, ils sont plus économiques. En plus, vous payerez moins que le modèle précédent, 300 euros en moyenne.

Les couples et les familles de 3 à 4 font mieux d’opter pour les climatiseurs multisplits de 1800 à 5500 euros pour un espace de 20 m2 et plus. Il s’agit d’appareils dotés de plusieurs unités intérieures (2 à 4) reliées à une seule unité extérieure afin d’arriver à réchauffer tous les résidents dans leur espace personnel. C’est l’idéal dans une chambre à coucher, car il dégage moins de bruit et vous n’aurez pas à le trimballer d’une pièce à l’autre. Par contre, il faudra bien négocier pour la mise en place de l’unité extérieure à l’assemblée de copropriétaires. 

Dans votre recherche de climatiseurs muraux, vous avez ici notre sélection des meilleures offres. 

Les plus malins privilégient ce type de climatiseur, multisplit ou monosplit (coûtant 350 à 3500 euros pour petites et grandes pièces), car il peut leur servir en été comme en hiver. En effet, réversibles, ils fournissent de la chaleur quand la température baisse toutefois, apprêtez-vous à mettre le prix. La climatisation gainable fait aussi partie des modèles dits réversibles. Beaucoup la trouvent esthétique et pratique vu qu’elle se résume à une grille encastrée dans le plafond et qu’elle peut être commandée via une télécommande. 

D’autres solutions plus écologiques existent comme la pergola bioclimatique qui agit comme un écran solaire sur une partie de la maison et l’intérieur adjacent. Cela a pour effet de diminuer de peu la température entre les quatre murs. Les dispositifs solaires à savoir la pompe à chaleur réversible, le climatiseur à absorption, ou qui utilise l’air à évaporation, tout cela vous assure d’économiser un bon paquet au fil des années, mais demande en contrepartie un gros budget à l’acquisition.

Afin de ne pas avoir de mauvaise surprise à l’achat, adressez-vous à des marques comme Daikin, Airton, LG, Atlantic qui est aussi le leader des chauffe-eau, ou des noms asiatiques comme Fujitsu, Toshiba ou Hitachi.

Outre le prix d’achat, si vous comptez solliciter un professionnel pour poser votre climatiseur, surtout l’unité extérieure, vous débourserez environ 900 à 2500 euros pour la pose et la mise en route du dispositif. Néanmoins, vous pouvez juste appeler le spécialiste pour démarrer votre appareil et vérifier si tout va bien pour une centaine d’euros. Et puis, si vous voulez économiser encore plus, en proposant aux copropriétaires une installation en groupe, vous vous faciliteriez largement la tâche.  

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments