CET : une révolution dans le monde des chauffe-eau

Dernière mise à jour: 19.07.19

 

Investir dans un chauffe-eau thermodynamique (CET) est devenu une tendance. En effet, ces équipements remplacent peu à peu les modèles classiques, et cela, pour plusieurs raisons. Ils sont à la fois économiques et écologiques, deux des nombreuses causes pour lesquelles bon nombre de consommateurs préfèrent se tourner vers ces appareils. Toutefois, il existe plusieurs paramètres et quelques notions que vous devez assimiler concernant les CET. Nous vous en ferons part à travers cet article.

 

Les types de CET et leur mode de fonctionnement

D’une manière générale, le mode de fonctionnement des CET est similaire pour n’importe quel type. Ils utilisent le principe d’action d’une pompe à chaleur afin de puiser les calories présentes dans l’air ambiant pour chauffer l’eau se trouvant dans la cuve. Contrairement aux spécimens classiques, les CET emploient un système de fluide frigorigène et ne peut être opérationnel que sous une température supérieure à 10 °C. Ils sont tout de même pourvus d’une résistance électrique qui prend le relais lorsque les conditions ne s’y prêtent pas.

On dénombre trois grandes catégories de CET à savoir les modèles à air ambiant, les appareils à air extérieurs, et ceux à air extraits. Ils diffèrent selon leurs techniques de chauffe et leur installation.

 

 

Pourquoi investir dans les CET ?

L’eau chaude sanitaire n’est pas une nécessité dans les logements modernes. Cependant, elle paramètre le confort des usagers dans le foyer. Le CET reste alors une bonne alternative surtout si vous souhaitez faire des économies sur votre consommation électrique. En effet, en se basant sur le principe d’utilisation des énergies renouvelables, ces appareils sont écologiques.

Plusieurs études et comparaisons réalisées par les professionnels ont permis de démontrer que les CET sont avantageux sur bon nombre de plans comme quoi, vous ferez jusqu’à 70 % de bénéfices sur votre dépense annuelle d’énergie. Cela est dû à la présence de la pompe à chaleur qui s’actionne automatiquement sans s’appuyer sur la résistance électrique que lors des conditions de température extrême.

Ils répondent également à la norme RT2012 concernant les nouveaux logements du fait que ces appareils sont classés dans les prototypes à énergies renouvelables malgré leur appartenance à la catégorie des équipements électriques.

 

Comment choisir son CET ?

Si vous avez décidé de doter votre maison d’un CET, il faudra tout de même vous baser sur quelques paramètres afin de discerner le modèle qui vous conviendra le mieux face à la pluralité des spécimens proposés sur le marché.

Le premier critère que vous devez notamment vérifier se trouve être la capacité de la cuve de rétention d’eau. Le volume du réservoir doit être en adéquation avec le nombre de personnes qui occupe votre foyer. Sachant qu’un individu utilise en moyenne 50 L par jour, il ne vous reste qu’à faire un calcul sur la consommation des effectifs qui composent votre ménage.

Ensuite, vous devrez définir le lieu d’installation. En effet, cela dépendra du type de CET pour lequel vous avez opté pour que ces équipements puissent fonctionner selon l’environnement auquel ils sont destinés.

Vous devez également jeter un œil sur la vitesse de travail de l’appareil. D’une manière générale, il vous faudra compter entre 5 et 8 heures pour chauffer l’intégralité du réservoir. Si vous souhaitez avoir de l’eau chaude rapidement, tournez-vous vers les spécimens proposant une durée de chauffage relativement courte.

Pensez aussi à vérifier le COP présenté par votre futur appareil. Le COP se traduit comme étant un coefficient de performances indiquant le rapport entre l’énergie électrique consommée et celle restituée. Il varie souvent selon la température extérieure, mais pour vous assurer de l’efficacité de votre modèle, faites en sorte de privilégier les références dotées d’un COP supérieur à 3.

Pour certains spécimens plus perfectionnés, la pompe à chaleur est en mesure de jouer son rôle même si la température avoisine les -15 °C. De cette manière, votre équipement fonctionnera toujours même pendant la période hivernale. Ne sollicitant l’activation de la résistance électrique que très rarement, ils restent une alternative de choix pour faire des économies conséquentes sur votre consommation d’énergie. Notez que plus le COP est élevé, plus les performances sont au rendez-vous.

 

Où installer son CET ?

D’une manière générale, l’installation d’un CET dépendra de son type. Si vous prévoyez d’acheter un modèle de CET à air ambiant, il vous faudra avoir à disposition une salle non chauffée, présentant une surface d’au moins 10 m². Il peut s’agir du garage ou de la buanderie, à condition que ces derniers disposent d’une bonne isolation.

Les CET à air extérieur quant à eux requièrent plus d’espace du fait de la présence de leur gaine qui a pour rôle d’aspirer et de rejeter de l’air. Ils peuvent s’installer dans les salles habitables ou dans un local isolé.

Les CET sur air extrait se basent sur un raccordement avec le système de ventilation. Les procédés nécessitent habituellement la présence d’un professionnel ou d’un ouvrier certifié.

 

 

Comment entretenir son CET ?

Contrairement aux chauffe-eau classiques, les CET ne requièrent pas d’entretien particulier. Il existe cependant quelques nettoyages que vous devez réaliser au niveau du vaporisateur en raison des dépôts de poussières ou de saletés. Pour ce faire, vous n’avez qu’à vous munir d’un tournevis spécifique pour l’atteindre et d’un chiffon humide pour vous débarrasser de ces résidus.

En cas de baisse de performance, la meilleure alternative serait de vidanger l’appareil. Les démarches sont faciles à entreprendre si bien que vous pourrez les effectuer vous-même. Vous n’avez pas besoin d’une aide extérieure quelconque.

 

Les inconvénients d’un CET

Bien que les CET renferment plusieurs avantages à leur actif, ils présentent néanmoins quelques bémols qui méritent d’être soulignés. Ils sont avant tout des appareils électriques. Ils ne sont donc pas opérationnels en cas de panne de courant.

De plus, le fonctionnement de la pompe à chaleur génère du bruit. Cela pourrait déranger certains utilisateurs sollicitant le calme et la tranquillité. Évitez alors de l’installer près des endroits tels les bureaux ou les salles d’attente.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...